"Je ne suis pas malheureux au Club"

Eidur Gudjohnsen veut profiter au maximum de son parcours de footballeur

Les dès de la Coupe du Monde sont jetés. Les 32 pays participants sont connus et la "petite" Islande ne s'y rendra pas. Les Scandinaves ont vu leur rêve se briser mardi à Zagreb. Les internationaux islandais se sont inclinés 2-0 contre les Croates. Pour Eidur Gudjohnsen, le joueur expérimenté de 35 ans et 77 capes (!), cette défaite s'est accompagnée de quelques larmes . Ce moment de télévision non-ordinaire a été vu partout en Europe et même dans le monde entier. “Oui, j'ai revu les images”, déclarait Eidur ce vendredi après-midi. “C'était un moment très émouvant et spontané.”

Text: 

<p>
<strong>Eidur, avez-vous &eacute;t&eacute; surpris par la t&eacute;l&eacute;vision islandaise apr&egrave;s le match de mardi?</strong><br />
&ldquo;Une question pos&eacute;e m&#39;a en effet touch&eacute;. Les 18 ann&eacute;es pass&eacute;es en &eacute;quipe nationale ont travers&eacute; mon esprit durant quelques secondes. Un mois avant ce match, le pays tout entier s&#39;arrachait les pr&eacute;cieux tickets. L&#39;Islande, qui comporte &agrave; peine 350 000 habitants, ne faisait qu&#39;un et esp&eacute;rait participer pour la premi&egrave;re fois &agrave; la Coupe du Monde. Il fallait un v&eacute;ritable miracle. Affronter la Croatie n&#39;&eacute;tait pas un cadeau mais cela ne semblait pas &ecirc;tre mission impossible.&rdquo;</p>
<p>
&ldquo;L&#39;espoir s&#39;est accentu&eacute; au fur et &agrave; mesure que le jour du match approchait. Toute la s&eacute;lection &eacute;tait concentr&eacute;e. Mais mardi, l&#39;Islande a pay&eacute; les efforts accomplis lors du match aller &agrave; Reykjavik. Notre inf&eacute;riorit&eacute; num&eacute;rique (Skulason de Zulte Waregem a &eacute;t&eacute; exclu.) nous a fortement handicap&eacute;s lors d&#39;une grande partie de ce match d&eacute;cisif.&rdquo;</p>
<p>
&ldquo;J&#39;&eacute;tais tr&egrave;s d&eacute;&ccedil;u en sortant du terrain. Les &eacute;motions sont apparues logiquement . Suite &agrave; la question de la t&eacute;l&eacute;vision concernant mon dernier match en &eacute;quipe nationale, je n&#39;ai pas pu contr&ocirc;ler mes &eacute;motions. Ma derni&egrave;re chance de jouer le plus grand rendez-vous de football &agrave; l&#39;&acirc;ge de 35 ans me filait entre les doigts. Croatie-Islande &eacute;tait mon dernier match international. Ce sentiment m&#39;a litt&eacute;ralement saisi &agrave; la gorge.&rdquo;</p>
<p>
<strong>Est-ce que le fait que, d&#39;une mani&egrave;re g&eacute;n&eacute;rale, vous approchez de la fin de votre carri&egrave;re a &eacute;galement influenc&eacute; votre r&eacute;action ?</strong><br />
&ldquo;Oui, naturellement. Au mois d&#39;ao&ucirc;t prochain, j&#39;aurai 35 ans. La fin se profile.&rdquo;</p>
<p>
<strong>Vous avez confi&eacute; &agrave; un journal islandais qu&#39;en cas de qualification pour le Mondial, vous aviez l&#39;intention de quitter le Club de Bruges lors de la prochain campagne hivernale des transferts</strong><br />
&ldquo;Je l&#39;ai effectivement d&eacute;clar&eacute;. Si tu vas &agrave; un Mondial avec un statut comme le mien, tu ne veux surtout pas faire p&acirc;le figure. C&#39;est une belle th&eacute;orie qui doit n&eacute;anmois ensuite &ecirc;tre confront&eacute;e &agrave; la r&eacute;alit&eacute;. Je veux dire que sans disposer de suffisamment de temps de jeu dans les jambes, il est impossible de jouer un r&ocirc;le lors d&#39;un tel tournoi. Tenant compte de mon temps de jeu actuel au Club, il &eacute;tait donc tout &agrave; fait logique qu&#39;un tel &quot;plan&quot; ait m&ucirc;ri dans mon esprit, au moment o&ugrave; nous avons abord&eacute; les matches de barrage pour le Mondial&quot;.</p>

Les dés sont jetés. L'Islande ne va pas au Brésil. Est-ce que votre idée de quitter le Club est aussi enterrée ? 
“Ecoutez, je veux d'abord et avant tout insister sur le fait que je ne suis absolument pas malheureux au Club. Je n'ai à aucun moment regretté d'avoir franchi le pas lors de mon passage des voisins vers les 'blauw en zwart". Je réalise bien sûr tout à fait que ma carrière footballistique ne va pas durer indéfiniment. Je joue toujours très volontiers. Aussi longtemps que je reste en bonne forme et surtout sans être blessé, j'espère continuer encore à jouer. Le foot est ma vie. Je fais de gros sacrifices familiaux pour cela, et c'est donc logique d'espérer recevoir quelque chose en retour. J'ai toujours l'envie de montrer ce dont je suis capable. C'est seulement très dommage de pouvoir le faire aussi peu". 

Vous vous sentez comme un ‘chearleader’..

“Je n'ai à aucun moment, lors de l'interview avec le journal islandais, utilisé un tel mot. La traduction de mes paroles a été faussée. J'ai juste voulu signifier que je reconnais qu'un temps précieux est perdu à rester si souvent sur le banc dans ces jours qui composent quand même la fin de ma carrière". 

Une dernière question très concrète. Vous apprêtez-vous à vivre vos dernières semaines de travail au Club de Bruges?

“Je n'y ai pas encore pensé une seule minute depuis mardi. L'Islande ne va effectivement pas au Brésil. Un autre scénario s'impose dès lors de fait. Je n'en ai encore parlé avec personne au Club de Bruges. Ni avec le coach, ni avec le manager sportif nni avec quelqu'un de la direction. Il n'y a pas eu non plus de raison directe de le faire. Mon contrat court jusque fin juin de l'an prochain. Je me donne chaque jour à fond à l'entraînement. Mon plus grand objectif est de bénéficier du plus de minutes de match possible. Chacun le sait. Un footballeur n'est pas fait pour rester sur le banc. La concurrence est forte chez nous. Je ne demande certainement pas de garantie. L'année 2013 compte encore cinq semaines au calendrier. En un mois de temps, beaucoup de choses peuvent se passer. Ce qui m'est arrivé mardi après le match à Zagreb n'est rien d'autre qu'une tempête dans un verre d'eau. Sans ma réaction émotionnelle très compréhensible au plan humain, rien n'aurait été écrit ou dit ces derniers jours sur le cas de Gudjohnsen". 

Je me donne chaque jour à fond à l'entraînement. Mon plus grand objectif est de bénéficier du plus de minutes possible de jeu.

Eidur Gudjohnsen

Related articles