Le regard d'Ivan Leko sur Club - Genk

Club de Bruges - KRC Genk est THE affiche de cette 26è journée de championnat. L'écart en points entre les deux équipes est important, mais la différence en terme de qualité pas forcément. "Dimanche sur le coup de 16h30, nous saurons quelle est la meilleure formation du moment", n'hésite pas à déclarer un Ivan Leko particulièrement motivé.

Leko et… le sommet

C'est avec beaucoup d'enthousiasme et d'envie qu'Ivan Leko préface la rencontre de dimanche. Genk récolte, à juste titre, des éloges unanimes, mais l'entraîneur croate croit pleinement dans les qualités de son groupe. "Bien sûr que Genk possède de la qualité et tout se passe bien pour lui, il est en tête. Mais ici, nous voulons montrer qui nous sommes et de quoi nous sommes capables. Nous voulons répondre aux critiques. Par la passé, face à Genk, nous avons chaque fois joué notre foot, avec de belles prestations à la clé. Ce dimanche encore, nous serons concentrés sur notre façon d'évoluer. La seconde période face à Salzbourg prouve que nous en sommes capables".

 

Leko et… Wesley

Wesley Moraes était au sommet de son art jeudi face à la défense autrichienne, comme souvent lors de ses prestations européennes. La question se pose d'ailleurs de savoir pourquoi il n'en n'est pas toujours ainsi en compétition nationale ? "Ca, vous devez lui demander", rétorque Leko, "L'Europe constitue bien sûr le décor idéal pour se montrer au monde et dès lors la motivation est plus grande. Mais ce dimanche, il s'agira aussi d'un top match et je m'attends donc à voir à l'oeuvre un Wesley européen !"

 

 

Leko et… la critique

Les opinions étaient plutôt dures, ces dernières semaines, à l'encontre d'Ivan Leko. "La critique fait partie du foot mais elle me rend plus fort. Je suis toujours super motivé et je ne me complais pas volontiers dans une zone de confort. Le but est de démontrer, avec le groupe, que notre dur travail n'a pas été accompli pour rien. Le Club de Bruges est une institution en Belgique et le fait d'en faire partie me rend très fier".

 

Leko et… le terrain

Dimanche, on disputera le troisième match en une semaine de temps sur le terrain déjà passablement abîmé du Jan Breydel. Les conditions climatiques ont provoqué de gros dégâts. Ivan Leko ne jette sûrement pas la pierre aux personnes chargées de l'entretien de la surface de jeu. "Je suis très élogieux à leur égard. Après le match contre le Cercle, ils ont livré un boulot fantastique afin de rendre la surface la plus praticable possible. Nous évoluons bien sûr de préférence sur une pelouse impeccable, et ce terrain n'est pas idéal pour notre façon de jouer mais nos devons en tenir compte dimanche, c'est aussi simple";

 

Related articles